Tout Et Rien D’autre – « Daesh, Le Cinéma Et La Mort » – Jean-Louis Comolli

1368750-justice-l-affaire-godard-restera-dans-les-abysses

Des livres sur Daesh, on n’en manque pas. Çà pleut. Jean-Louis Comolli en publie un, d’un point de vue inédit et original.  » Daesh, le cinéma et la mort » n’est pas seulement un essai, méditation un peu décousue, comme rédigée au fil de l’eau, sur la manière dont Daesh manipule les images, élément essentiel de son dispositif de recrutement, de terreur et d’influence, mais aussi et surtout sur ce que ce traitement dit du cinéma lui-même, de son évolution, et de ce que cette manière d’utiliser les images est nuisible à l’idée même du cinéma. C’est au final, en contrepoint de la barbarie technicisée, un plaidoyer pour le cinéma.

 

Les clips effroyables de Daesh relèvent du cinéma, qui peut se définir simplement par le choix de cadrer des images qui défilent pour les montrer. Et la problématique de Comolli est d’inscrire l’extrêmisme violent des djhadistes numériques dans une évolution qui massacre une fonction du cinéma, en exprimant le fantasme de « tout montrer« . Nous voyons tout et ils voient tout. Contrairement aux hitlériens, qui cachaient leurs massacres même si des films ont été retrouvés, mas jamais utilisés comme propagande ou outil de la guerre, Daesh les exposent, mais en plus tiennent à montrer qu’ils les commettent sans ciller.

 

Car telle est l’évolution du cinéma, sous l’impact hollywoodien, modèle qui inspire hautement ces ennemis des « valeurs de l’occident ». Sans savoir, ne voulant pas voir, ou assumant cyniquement, qu’ils sont les purs produits de ces approches de l’image venues du pays de « Sheitan ». Un exemple de cette pente du cinéma est le gros plan, qui cadre pour nous, nous donne le détail. ll s’agit de tout nous donner. Ce « trop de réalité » dont parlait Annie Lebrun dans un essai éponyme.

 

L’existence de ces clips évoque un étrange malaise. Nous avons du commun, perception nauséeuse, avec ces gens de Daesh. Nous regardons les mêmes images, les nôtres et les leurs, et elles ont les mêmes codes. Nous les analysons en même temps qu’eux. L’étrangeté radicale de ces gens qui pour certains viennent de notre pays se combine, dans « la confusion« , caractéristique générale de cette guerre, avec leur familiarité. N’est-ce pas une guerre où tout le monde peut être victime, où tout le monde peut surgir du néant politique et devenir un terroriste ? Cette guerre est une nouvelle étape de la guerre, et nous avons du mal à l’appréhender comme guerre. Comolli ne développe pas ces éléments, mais je suis frappé du fait que lorsqu’un attentat est commis en France il et abordé comme un fait divers, avec notamment les polémiques sur les responsabilités policières, les querelles poltiiciennes, et non comme un événement dans la guerre, car les forces françaises, dont on ne voit jamais la moindre image, comme pour conforter un déni de notre condition guerrière, sont engagées sur un terrain classique de conflit armé.

 

Ne pas tirer les conclusions de notre présence en guerre, psychologiquement, ne peut pas nous aider. Nous ne pouvons, sans doute ni ne voulons pleinement intégrer le tragique de notre temps, qui nous sortirait de la nostalgie de l’Europe anesthésiée dans son consumérisme pacifique.

 

Si les techniques filmiques de Daesh sont inspirée de l’occident honni, et donc disent la dépendance à cet occident là aussi, la différence est que le cinéma occidental, qui montre sans cesse la mort, ne tue pas les acteurs. Le spectateur d’une fiction sait qu’il voIt une fiction, même quand il frémit. On peut dire qu’il se permet de frémir parce que justement il sait que c’est une fiction.

 

Un des problèmes que soulèvent les clips de Daesh est que l’acte de filmer et de montrer l’imontrable transforme le réel en cinéma. Ainsi il vient affecter le cinéma. Il vient affecter le rapport entre la fiction et la non fiction. Or, citant Arendt, l’auteur rappelle que le sujet idéal du totalitarisme et celui qui est devenu incapable de considérer la distinction entre vrai et faux. L’idée initiale du cinéma était de s’opposer à ce « tout » du totalitarisme, justement. De jouer des artifices avec la complicité du spectateur.

 

Là où le cinéma, une part du cinéma hollywoodien, converge avec les clips de Daesh, c’est sur la conception du cinéma comme production pure de sensations, niant la possibilité du cinéma à lier le travail du cinéaste à celui du spectateur. C’est aussi sur une certaine conception du spectateur, objet d’un kidnapping par les sensations. Une « préemption du désir » du spectateur. Les images ne réclament pas sa participation mais sa soumission. Le spectateur de Daesh est jugé « indigne« . Il ne peut pas arrêter ce qu’il est en train de voir, en ayant recours à son imaginaire. Et le cinéma commercial pur n’est pas loin de considérer le spectateur comme tel.

 

Daesh radicalise, dans sa stratégie de diffusion quasi instantanée, l’absence de montage, qui est une tendance générale du cinéma de l’offre et de la demande, cinéma du choc. Il n’y a pas de hors- champ dans ces cinémas, et donc pas de liberté du spectateur. Pas d’imaginaire possible. Du choc et de l’effroi. De la nausée pour Comolli et d’autres. La crainte aussi, d’un « affaissement des subjectivités« . Et je repense ici à la scène d’Orange mécanique où l’on tente de guérir le délinquant en le forçant à regarder, les yeux ouverts de force, des images subliminales.

 

Autant les photos créent du hors-champ, libèrent l’avant et l’après, autant le films de Daesh « cannibalisent » totalement le spectateur, même quand on censure le passage de l’égorgement. Car la censure ne peut que dire : « c’est bien là ».

 

On ne peut pas écarter le fait que les images de Daesh, destinées à faire peur, soient aussi vues avec une jouissance perverse. On ne peut pas douter du fait que Daesh le sait. Ces images relèvent d’un érotisme morbide au sens où elles nous placent en situation de voyeur. Elles misent sur la « corruption » du désir de voir. La pulsion de mort, universelle, en est le moteur. Pasolini, dans son adaptation de Sade, appuie où ça fait mal, en mettant en évidence avec radicalité cette ambivalence du dégoût et du voyeurisme. Qu’est-ce qui est le plus terrifiant ? Ce que nous voyons, ou que nous puissions le voir, que nous ayons tellement envie de le voir et de le « partager » ?

 

Je pense aux photos du petit, enfant exilé, mort sur une plage, qu’on a diffusées à la vitesse de la lumière sur tous les écrans, sans s’interroger. Les bons sentiments étaient censés régler le débat. Mais c’est l’effroi qui était recherché. L’effroi, par essence imposé. A t-on vu quelque effet civilisateur de ces diffusions ? Pas en Allemagne si l’on en croit les élections.

 

Comolli présente un tableau désespéré de la situation des images, porté à ses excès par Daesh. Et il craint la mort du cinéma dans sa fonction libératrice. Mais il n’oublie pas ceux qui luttent, avec les images aussi, contre Daesh. Ce collectif syrien par exemple qui diffuse, en s’inspirant des leçons de Godard, d’autres visions du conflit. En mettant en exergue la parole des victimes plutôt que leur image par exemple. En montrant la ville sous domination des tirs de Kalachnikov sans tout montrer, nous renvoyant ainsi à l’imagination d’une existence en guerre.

 

La guerre des images n’est donc pas simplement une guerre de contenus, de messages. Mais une guerre « de formes« . C’est dans la forme que l’on trouve peut-être le coeur du combat, car la forme parle à l’inconscient. Tel est le double front d’un art qu’on dirait « engagé ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s