de la chronique d’un premier roman – « Les dégénérés », Lucien Blard

15055659_594305504104346_8531672027545307137_nQuelqu’un qui écrit un avis sur  un livre n’a pas à se préoccuper  essentiellement de savoir  s’il serait « capable de faire aussi bien ». Même s’il écrit aussi par ailleurs. Il écrit en tant que lecteur. Un livre est écrit pour  être lu et finalement le lecteur  a toujours le dernier  mot. C’est pourquoi un écrivain doit se préparer  à être jugé.

Mais cela n’empêche pas le chroniqueur  ou le critique, que sais-je, de penser  à ce qu’il accomplit. Il n’est pas tenu de se comporter  en consommateur . Il peut apprécier  un texte dans la dynamique d’une oeuvre. Un premier roman est un premier roman et il faut bien commencer .  On ne jugeait pas Michel Platini à Nancy comme à la Juventus.

Le livre dont je vais parler  ici est un premier roman. Je me lance dans une introduction un peu inhabituelle car  il se trouve que le chemin qui m’y a mené est inhabituel. Je connais de très loin l’auteur , qui est un « ami » sur un  réseau social. Spirituel et   rigolo. Et mon affection lui est quelque peu acquise d’avance au regard d’un caillou dans la chaussure que nous partageons. Après tout l’amitié quotidienne sur les réseaux rapproche t-elle peut-être plus qu’elle ne semble. Ou pas.

J’ai vu qu’il publiait un   roman. « Les dégénérés « , de Lucien Blard. Je lui ai proposé de le lire et de dire mon avis ici et là.

Je n’aurais pas eu une chance sur dix mille de lire son  roman, noyé dans la profusion des parutions, et la galaxie vertigineuse du patrimoine littéraire. Je ne suis pas certain que le sujet m’aurait d’ailleurs attiré au  regard de mes aspirations, si j’avais lu un papier , même positif, sur  » les dégénérés« , ou si je l’avais croisé sur un étal, avec sa couverture évocatrice d’ un texte houellebecquien. Ce n’est pas le cas d’ailleurs. Nous n’avons fort heureusement pas droit à du Sous Michel.

En tous les cas, j’ai lu, parce que Lucien B. a été édité.

-J’en profite pour dire, parce que je  reçois sur mon mail de blogueur  des propositions de texte à faire connaître, comme tous les blogs de cet acabit, que je ne lis pas les auto éditions. Il y a déjà des myriades de livres publiés. Je crois au filtre d’un lecteur . Il ne suffit pas, je suis désolé, de dire « je vaux d’être lu » pour  solliciter  avec succès un temps volé dédié à la lecture, activité anormale en ce monde. Quelqu’un a dit , je ne sais plus qui, que Kafka ne serait pas édité aujourd’hui au  regard des conditions de l’édition contemporaine. Je n’en sais rien. Peut-être, oui, le génie sommeille t-il. Mais il n’empêche que je m’en remets, face à l’immensité, au signal des vigies que sont les éditeurs, en sachant qu’ils ne sont pas toujours épatants non plus.-

Evidemment,  le   respect du à Lucien Blard, et à tout auteur , implique que l’on dise ce qu’on pense. Sans concession, mais avec la lucidité évoquée plus haut. Je m’y astreindrai, en tant que lecteur . Je ne sais pas si je pourrais faire « mieux » que lui. En tout cas je ne l’ai pas fait. J’ai publié des articles, un essai dans le domaine social, mais pas un roman. Mais ce n’est pas la question posée. La question est posée au lecteur que je suis.

Si j’étais éditeur  – un   rêve qui n’est pas à ma portée – je me demanderai : « est-ce un écrivain qui a déposé cela ? ». Et d’emblée je réponds oui. Lucien Brard n’a pas été édité par  mégarde. C’est un écrivain.

Pourquoi ?

Parce que je n’ai pas lâché le livre, et pas seulement par  respect mais aussi envie d’aller  au bout de ce voyage. L’auteur  parvient à percer  cette mystérieuse gangue qui sépare un texte de son  récepteur. Percée qui donne envie de continuer  et de croire à la fiction qui est proposée. Voilà une première  raison de confirmer arbitrairement Lucien Blard comme écrivain. J’imagine que c’est déjà beaucoup, connaissant son tempérament, un peu…

Et puis surtout le  roman émeut malgré son orientation drolatique, qui n’est que le remède de l’angoisse du narrateur. ll conte les malheurs d’un enfant obèse, angoissé, mal dans sa peau à notre époque. Malheureux dans sa famille bourgeoise. Du. point de vue narratif de l’enfant en question. Et on partage cette douleur.

Ces deux éléments clarifiés, on peut dire qu’il s’agit d’un premier  roman honorable, d’un écrivain en devenir . Qui a beaucoup donné, il me l’a dit, mais on le sent tout de suite, à ce  roman. Le lecteur  n’est pas non plus tenu d’ignorer  le courage qu’il y a à écrire.  Même si ce courage ne suffit pas à faire aimer  une lecture.

ll me semble cependant que « les dégénérés  » a les défauts qu’on peut s’attendre à trouver  dans un premier roman. Mais on doit lire toutes sortes de textes. La consommation du « best » désigné ne sied pas de mon point de vue à une aventure passionnante de lecteur . Parce que l’esthétique a indéniablement une dimension comparative. Et Lucien Blard lui-même aura plaisir  à se voir  s’extraire des limites de son premier  opus, quand il grandira comme écrivain.

De quels défauts s’agit-il ?

L’influence, d’abord. Céline, Audiard. L’argot. L’auteur  laisse trop transparaitre sa passion pour  ces  registres de langage qu’il a aimés dans « le voyage…  » ou « Mort à crédit », qu’il a savourés dans les interprétations de Blier , Ventura ou Gabin. Seulement, ce fantasme là est plaqué. Sociologiquement plaqué. Les gens dont il s’agit ne parlent pas de la sorte à mon sens.

L’auteur  est donc moins convaincant dans les dialogues et monologues nombreux que lorsqu’il laisse le narrateur  s’adresser  plus simplement à nous, avec un talent descriptif certain, qui est le meilleur de  son écriture, avec mention spéciale pour  les évocations urbaines. Le fantasme littéraire l’a emporté sur  un certain  réalisme. C’est dommage, mais ce qui tient tout de même le livre c’est que Lucien Blard manie bien ces  registres argotiques, qu’il y loge d’innombrables trouvailles.  Mais enfin… Lucien, c’était moins une ! La dissociation menace entre le  registre et le fond de l’affaire.

Le  registre est tellement insistant, commun aux personnages, qu’il est travaillé durement et que ce travail se voit un peu trop. Un défaut classique des premiers  temps. L’idéal pour  un livre c’est de laisser  oublier  son style. Car  qu’on le veuille ou non le style est un moyen de toucher  une âme. Lucien Blard ne parvient pas encore à ce stade, car sans doute il veut être littéraire, comme en atteste sa radicalité en matière de juste conjugaison. Littéraire dans une veine spécifique, célinienne. Mais littéraire tout de même. La fabrication est donc par  trop visible.

Il y avait du risque à écrire avec si peu d’argument de départ. Un enfant malheureux dans une famille bourgeoise, objectivement, il y a plus spectaculaire. Et cependant le roman tient debout. J’y ai décelé aussi une densité sur  fond  rare qui me suggère l’hypothèse d’une influence possible de Malcom Lowry et son  » Au dessous du volcan« .

Le roman touche. C’est bien l’essentiel. Il touche, par  la description fort réussie de l’angoisse omniprésente d’un enfant en proie à la vulgarité d’une famille à la fois envahissante et absente, préoccupée par  toutes sortes de billevesées sociales, mais inapte à l’amour. Or on ne demande que ça, de l’amour . Le propos dépasse le milieu sociologique des parvenus ou des fins de  race. C’est la déception d’un enfant parmi les adultes qui se laisse voir . Et cela, c’est touchant. Malgré bien des égarements graveleux, céliniens aussi, qui personnellement me laissent froid, j’ai partagé le sentiment de perdition d’un petit pré ado mal foutu. Et j’en salue Lucien Blard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s